L’esprit critique en classe et en scène à Nogent-sur-Oise

RESSOURCE PÉDAGOGIQUE / VIDÉO

Ce film relate le projet pédagogique « Esprit scientifique, esprit critique », initié par La main à la pâte. Le projet propose aux élèves et aux enseignants d’affuter les outils leur permettant de se forger un avis sur le monde, en s’appuyant sur des séances de sciences. Bien observer, tester, expliquer, apprendre à soupeser l’information, s’y appuyer pour argumenter, cultiver ses capacités de collaboration et d’entraide, développer son imagination pour innover… Ces compétences sont au cœur de la pratique des sciences, et une fois acquises, peuvent être mises à profit dans la vie quotidienne pour se faire une vision solide et honnête du monde. Pour favoriser cette approche, les activités proposées aux élèves font porter l’attention sur la démarche d’esprit, les stratégies, les procédés employés pour résoudre un problème ou une énigme, puis à la possibilité de l’utiliser dans des situations de la vie de tous les jours. Mais mieux comprendre ce qu’est la science, sa manière de construire des connaissances de façon rigoureuse, permet aux élèves de distinguer plus sûrement les connaissances des opinions.

L’équipe du Centre Pilote La main à la pâte de Nogent-sur-Oise s’est appropriée le projet et lui a donné vie par un ensemble d’initiatives remarquables. Nous sommes certains qu’elles sauront vous inspirer.

Une expo interactive pour les parents

Pour que les parents découvrent autrement l’école, leurs enfants et les sciences, les élèves de 8 classes de cycle 3 ont conçu et présenté des ateliers interactifs dans le cadre des projets « ESEC » et « Enquête au musée ».

Au cours d’une soirée, les classes de l’école se sont ouvertes et de petits groupes de 4 à 8 élèves de chaque classe ont animé des ateliers pour faire vivre aux parents des situations propices à l’exercice de l’esprit critique et de l’esprit scientifique. Une centaine de personnes dont 70 parents environ ont tourné dans les classes et ont participé aux activités et réflexions proposées par les enfants. Pour les élèves, ce fut l’occasion de réinvestir et de consolider leurs acquis dans ce projet et pour les familles de mieux connaître et comprendre les apprentissages mis en œuvre à l’école. Les élèves guides ont pris très au sérieux leur mission et cela a contribué à des échanges riches entre élèves et parents. 

Un spectacle de théâtre inédit

Sciences en scène est un concept imaginé à Nogent-sur-Oise : il s’agit de présenter au cours d’une même soirée un spectacle théâtral scolaire et une conférence scientifique sur la même thématique. Les élèves (cette année 2 classes de CM2) ont travaillé en classe le module « Esprit scientifique Esprit critique », ils ont inventé et mis en scène un conte et une série de scénettes. Elena Pasquinelli, philosophe, spécialiste des sciences de la cognition, a donné une conférence scientifique sur ce sujet et de nombreux parents sont venus assister à l’évènement. La conférence est l’occasion d’engager des discussions avec les parents présents, que ce soit sur le sujet lui-même ou sur la manière dont les élèves l’ont travaillé en classe.

Les spectateurs ont apprécié tout le travail de réflexion mené au cours de l’année ! 

Ce que disent les parents

Nous avons appris à : « ne pas faire confiance à n’importe qui parce qu’il peut mentir, voler ou trahir », « nous mettre dans la peau d’un scientifique », « nous concentrer », « construire des connaissances avec plusieurs données ».Ce que nous retenons : « ne jamais baisser les bras et continuer jusqu’au bout », « faire une pièce de théâtre est un plaisir ! », « tout le monde a le droit de donner son idée », « avoir toujours confiance en soi pour réussir », « ne pas faire confiance à quelqu’un, juste parce qu’il est célèbre». 

Témoignage de Virginie Vitse, formatrice au CP de Nogent-sur-Oise et responsable de ce projet

« Le travail a duré une grande partie de l’année, je suis allée dans les classes deux fois par semaine à partir de novembre, 1h 1⁄2 consacrées aux sciences et 1h 1⁄2 pour le théâtre. Dès le début, en théâtre, on a travaillé le jeu dramatique et réalisé des exercices sur des textes scientifiques (provenant du module ESEC). Au bout de 12 semaines, la partie science s’arrête mais pas le théâtre qui continue jusqu’à la fin de l’année, en vue du spectacle.Une partie du spectacle a été écrit par les élèves à partir de textes collectés dans des documents, dans la littérature, dans le module ESEC, mais aussi à partir de leurs propres mots et ressenti. Les parents ont été impliqués dans le projet dès le début. Nous avons aussi mis en place un cahier « science en scène » qui est partagé en deux parties (science et théâtre) et qui permet de communiquer avec les familles tout au long du projet. » 


Pour aller plus loin…

Piafbook : un projet du réseau des collèges pilotes La main à la pâte

RESSOURCE PÉDAGOGIQUE / SITE WEB

La Fondation La main à la pâte peut s’appuyer sur un réseau de collèges pilotes depuis la rentrée 2016. Au sein de ce réseau national, un groupe de collèges s’est lancé dans l’étude de la biodiversité de leur environnement proche en y associant une formation à la pensée critique. Nous racontons leur projet commun et leurs aventures sur un blog dédié : le piafbook !

Ce projet suit une approche originale de l’éducation à l’esprit critique qui s’éloigne de problématiques délicates pour se focaliser sur un objet simple en apparence : le monde vivant qui nous entoure. Les élèves sont plongés dans un scénario qui les incite à se questionner sur la légitimité d’une affirmation donnée. L’enquête scientifique qui s’en suit sert alors tout autant à susciter le goût pour les sciences qu’à s’interroger sur la notion de preuve et de confiance. Les activités proposées permettent d’outiller le raisonnement des élèves et de forger leur esprit critique de futurs citoyens.

Si vous êtes curieux et que vous voulez en savoir plus sur le projet :

  • Cette page vous permettra de connaitre tous les aspects du projet, les productions des élèves et des enseignants, et elle vous donnera les clés nécessaires pour vous lancer vous-mêmes.
  • Ici vous pourrez écouter en podcast Djamila Gadouche, professeur de SVT au Collège Pilote Louis Paulhan de Sartrouville vous parler de sa mise en place du projet.
  • Et si vous avez envie de vous faire une petite idée de ce que l’observation des oiseaux peut bien avoir à faire avec l’esprit critique … voici une activité immersive pour vous éclairer. Bonne enquête !


Pour aller plus loin…

Une enquête pour l’esprit critique

RESSOURCE PÉDAGOGIQUE

L’esprit critique en s’amusant

Dans l’équipe des concepteurs des ressources pour l’esprit critique, on aime beaucoup les jeux et les ambiances immersives ! Quand on a souhaité faire travailler les élèves sur la notion de causalité au collège, on s’est inspiré d’une histoire vraie : celle de la découverte par Ignaz Semmelweis des règles d’hygiène, ouvrant la voie des découvertes sur l’origine microbienne des épidémies. Semmelweis s’est confrontée à une épidémie étonnante de fièvre puerpérale, touchant un service sur les deux d’un même hôpital. Mener une telle enquête revient à formuler des hypothèses sur la cause de la maladie puis chercher avec rigueur et honnêteté des indices en faveur de l’une ou l’autre des hypothèses.

Nous vous livrons maintenant le témoignage d’un enseignant de SVT, Clément Bastie, enseignant de SVT à Pierrelatte dans la Drôme, au collège Gustave Jaume. Il a réalisé cette activité en interdisciplinarité. C’est lui qui nous en parle.

« Avec un collègue enseignant en mathématiques, nous avons décidé de mener cette activité avec deux classes de troisièmes. L’organisation a été contrainte par nos emplois du temps, nous aurions aimé tout faire en co-intervention, mais nous n’avons pu faire que l’introduction à deux. Nous avons d’abord replacé nos élèves dans le contexte historique, sans trop leur dévoiler l’ampleur de la tâche à réaliser, ils ne savaient même pas que ça allait durer plusieurs séances. Ainsi, ils ont eu l’impression de faire une activité un peu à part, qui s’est poursuivie à leur demande sur une autre séance, dans une autre discipline. C’était très plaisant de les voir aussi investis. Des élèves décrocheurs ayant souvent du mal à se mettre au travail se sont vraiment pris au jeu. On leur distillait les indices petit à petit, de sorte que chaque groupe avance à son rythme. »

La recherche de cause dans la vie quotidienne et en sciences

Dans notre vie quotidienne, nous proposons en permanence des explications aux événements qui arrivent : un coup de fatigue, un collègue en retard, un ordinateur en panne, la météo changeante, la performance d’un élève… pour chaque observation ou presque nous imaginons spontanément des causes. Souvent, nous prenons ces intuitions pour argent comptant ! Il est normal de ne pas chercher des preuves pour chaque chose qu’on affirme et nos intuitions sont souvent bonnes. Cependant, lorsque les enjeux sont importants, nous pouvons nous satisfaire à tort de nos hypothèses. Or celles-ci peuvent être fausses : par exemple, il est tentant lorsque deux phénomènes arrivent en même temps de considérer le premier comme la cause du second. Si on observe plus d’attaques de requins sur la plage où l’on vend plus de glace, on pourra penser que la consommation de glace favorise les accidents ! En science, un protocole est toujours mis en place pour vérifier la validité d’une hypothèse.

« Dans l’enquête de Semmelweis, on en vient ainsi à penser que les hommes sont responsables de la maladie car ils sont plus brutaux. Un grand moment de l’activité a été le rebondissement de cette hypothèse précisément. Les élèves étaient persuadés d’être arrivés au bout de l’enquête. C’était génial de les voir tout remettre en cause et encore approfondir leurs recherches. Ils ont appris l’importance de valider une hypothèse avec des preuves. Une manière d’argumenter en faveur ou contre cette hypothèse consiste à comparer le sort de femmes du même service qui sont soignés par des hommes brutaux et d’autres qui font attention. On se retrouve ainsi dans un cadre expérimental où l’on fait varier un unique facteur. Les élèves ont découvert que l’hypothèse tombait et qu’il fallait chercher plus loin ! »

Marier les programmes de sciences et l’éducation à l’esprit critique

Le parti pris de la Fondation La Main à la Pâte n’est pas d’ajouter une éducation à l’esprit critique en plus des programmes, mais au contraire de distiller des gouttes d’esprit critique chaque fois que cela est possible. Si nous pouvons avoir confiance dans la connaissance scientifique, c’est par exemple du fait des stratégies qu’elle met en oeuvre dans la recherche de causes, ce qui évite les pièges de notre raisonnement naturel. Apprendre cela aux élèves peut se faire en partant des cours disciplinaires classiques. Bien entendu, l’interdisciplinarité devient un atout sur lequel s’appuyer.

« Mon collègue de mathématiques a pu travailler des notions de statistiques, en insistant sur le caractère significatif des valeurs. En SVT, j’ai pu inclure cette activité dans le thème sur les défenses de l’organisme : c’est un très bon moyen d’introduire la notion de micro-organismes pathogènes, et on aurait même pu aller jusqu’à une observation microscopique si le temps nous l’avait permis. Surtout nous avons pu, à la fin de la séance, parer du piège des corrélations (on parle de l’effet cigogne) avec d’autres exemples faciles d’accès. Nous avons ainsi fait le lien entre l’esprit scientifique et l’esprit critique. Une très belle activité. Merci à ses concepteurs.trices ! »

Tous les liens pour découvrir la ressource


Pour aller plus loin…

Esprit critique, un livre d’activités pour le second degré

LECTURE / RESSOURCE PÉDAGOGIQUE

En 2019, le réseau Canopé publie un ouvrage riche de séquences d’activités pour les professeurs du secondaire – Français, Mathématiques, Sciences de la vie et de la Terre, Physique et Chimie, Histoire et Géographie… tous sont concernés.

« Comment développer l’esprit critique des élèves et l’exercer avec eux dans le cadre des programmes du second degré ? Cet ouvrage propose, à travers plus d’une vingtaine de séquences, des outils et des méthodes éprouvés, transférables à différents niveaux et contextes, autour de trois compétences principales : 

  • questionner et mettre à l’épreuve, 
  • analyser et vérifier, 
  • argumenter et débattre. 

 Son ambition est de montrer que l’ensemble des attitudes et habitudes qui constituent l’esprit critique peut être cultivé quelles que soient les disciplines, parce qu’il les traverse toutes. Exposant les enjeux et préconisations liés à cette question, il prend également en compte la dimension collective de l’esprit critique au sein de l’établissement et de ses projets citoyens. 

Destiné aux enseignants, ainsi qu’aux équipes éducatives et de direction des collèges et lycées, il offre des réponses concrètes et des démarches variées pour faire apparaître les enjeux cognitifs, éthiques, culturels et civilisationnels de l’esprit critique, à l’échelle de la classe comme de l’établissement. Cet ouvrage existe en version numérique. »

L’ouvrage est édité par : G. Attali, A. Bidar, D. Caroti, R. Coutouly.

Bravo !


Pour aller plus loin…

Coronavirus et esprit critique – Expérience pédagogique dans l’académie de Toulouse

RESSOURCE PÉDAGOGIQUE

Mai 2020, en plein confinement, les enseignants mettent tout en oeuvre pour trouver des solutions pédagogiques adaptées à la situation particulière. Parler du virus : oui mais comment ? Dans quel intérêt ? Avec quels outils ? Deux inspecteurs de l’Académie de Toulouse décident de contacter la fondation La main à la pâte et de réunir des collèges motivés pour amorcer une réflexion et aboutir à des contenus pédagogiques innovants. Récit.


Pour aller plus loin…